Day 21 : les préjugés c’est de l’ignorance

Les 45 derniers kilomètres entre Boulder City et Las Vegas ont été parcourus en moins de 40 minutes sous un soleil de plomb. Après 3481 km au total parcourus en 11 jours, soit une moyenne de 316 km par jour, l’arrivée à Las Vegas, coïncide avec la fin de l’étape 2 de mon voyage. La moto et son équipage sont arrivés à bon port aux locaux de Eaglerider! La clôture du contrat se fait rapidement comme d’habitude malgré la présence de larges groupes de suisses, d’américains, d’allemands. ils ont pensé à tout dans les locaux de Las Vegas, motos à la vente, accessoires, blousons, bijoux, café, donuts! La clientèle est vraiment très cosmopolite.

image

Las Vegas, une ville en plein milieu du désert, il fallait y penser et surtout oser! Las c’est des hôtels démesurés il y aurait plus de 120000 chambres disponibles, des casinos ouverts 24/7, des concerts avec des superstars entre autres actuellement Mariah Carey au Caesar Palace, Lionel Richie au Planet Hollywood, des spectacles époustouflants comme MJ One au Mandala Bay, David Copperfield au MGM Grand Hotel, des boutiques de luxe, ses malls, des attractions, des chapelles avec comme prêtre … Elvis Presley   … . Tout est à portée de main en matière d’amusement d’où ses surnoms : “la capitale mondiale du divertissement” ou encore “la ville du pêché“. Cette ville d’à peine 352 km2 compte à peu près 2 millions d’habitants sans compter les touristes. les rues grouillent de monde!

Avec la légalisation des jeux d’argent au Nevada, mais aussi la construction du barrage de Hoover dans les années 30 ont contribués au développement de la ville. La mafia italienne, elle, a eut l’idée de financer le développement immobilier dans le désert le plus aride des États-Unis, celui de Mojave. C’est fou comme l’idée qu’ils ont eut a fait son chemin et été couronnée de succès. Comparé à mes souvenirs datant de 13 ans quand même, la ville s’est agrandi et continue de l’être. Je n’ai reconnu que les hôtels mythiques comme le Ceasar Palace, le Flamingo. Je ne m’attendais pas à un tel changement.

Eaglerider met à disposition une navette de et vers les hôtels, c’est là que j’ai rencontré Steve.

imageLa cinquantaine, look motard, barbe imposante, tatouages. Au premier abord, en le voyant, j’aurai eu du mal à faire le premier pas pour lui parler. Mais la musique qu’il écoutait qui m’a interpellée : Bennie & The Jets d’Elton John. Moi aussi j’adore ce chanteur donc là je lui dit “I like this song” et là discussion fut lancée et c’est un Steve super sympa que j’ai découvert. Dans tous les domaines, cette phrase de Michael Jackson fait toujours écho en moi : “Prejudice is ignorance” d’où le titre aujourd’hui. Steve a vu Elton en concert il y a 3 ans à Las Vegas et c’était un super show, je lui ai dit que moi aussi j’avais eu la chance de le voir en concert mais à Paris en 2003 et on a discuté pas mal au sujet d’Elton. En lui demandant depuis combien de temps il travaillait avec Eaglerider, il m’a répondu que cela ne faisait que 18 mois. C’est vraiment une autre mentalité ici, si on fournit le travail demandé l’âge ne compte pas vraiment. Notre société a encore des progrès à faire en matière d’embauche de seniors.

Gain de miles Flying Blue du jour : + 3700

Instagram
Facebook
Facebook
YOUTUBE
RSS