Day 26 : comme une Franciscanaise

Une journée simple, sans stresse ni précipitation, c’est tout ce dont j’avais envie dans la ville de Bruce Lee, du jean’s Levi’s.

Cela avait un peu mal commencé niveau stresse car la femme de ménage mettait la pression, pour quitter la chambre avant 11h en faisant des allées et venues incessants devant la porte de la chambre avec son chariot alors qu’il n’y a que… 4 chambres sur la rangée où j’étais.

Une fois l’hôtel quitté, la destination choisie fut celle du restaurant Angeline’s kitchen cuisine avec les spécialités de la Nouvelle-Orléans repéré la veille. Eux aussi étant créoles, j’avais envie de goûter à cette cuisine pour savoir si elle ressemblait à la cuisine Antillaise. Et bien,… c’est à découvrir dans choc gastronomique.

imagePour passer la journée comme une locale, le plus simplement possible, rien de tel qu’une balade sur le Golden Gate Bridge, ce pont couleur orange international mythique, emblème de la ville. N’ayant pas pu faire la balade que je voulais sur le Brooklyn Bridge de New York, ce pont mythique de la côte ouest cette fois-ci était le choix idéal.
Long de plus de 2,5 km, quand on prend en compte la période où ce pont suspendu a été achevé, 1937, il s’agit là d’une vraie prouesse technique pour l’époque.

imageLes États-Unis ont vraiment toujours une longueur d’avance niveau technologie couplée à l’envie de toujours réaliser des ouvrages exceptionnels.

imageBeaucoup de monde s’y balade à pieds ou à vélo et je comprends pourquoi. C’est vraiment très agréable avec la vue sur San Francisco, l’air marin, tellement agréable que j’ai fait l’aller-retour. Voir aussi les hélicoptères passer sous le pont avec un angle d’approche vertigineux est impressionnant, idem pour les porte-conteneurs immenses.

imageMaintenant quand mes conteneurs passeront par San Francisco, j’aurai une idée claire du trajet.

imageimage
De retour sur la terre ferme, utilisation du bus local en mode immersion comme une Franciscanaise pour aller au centre ville avec ses collines, ses maisons en pente via la version moderne du cable car.image

Je me suis sentie bien aussi dans cette ville qui respire la liberté. San Francisco est connue pour la Silicone Valley, l’émancipation des “minorités”, ce que je ne savais pas, c’est que cette ville est aussi un refuge pour les sans-papiers. Mon impression aussi, c’est que cela doit être extrêmement cher d’y vivre.

Gain de miles Flying Blue du jour : + 500

Instagram
Facebook
Facebook
YOUTUBE
RSS