Nouveau : rubrique “Bons Plans” pour doper ses miles

Ma mission : vous faire profiter de la vie en voyageant à travers le monde grâce à vos miles.

J’aimerai multiplier les occasions pour mes compatriotes de quitter les Départements, ou autres Territoires, Collectivités, Pays d’Outre-Mer pour d’autres horizons. Mais aussi, pour vous dans le reste du monde, vous donner l’opportunité de découvrir nos magnifiques îles.

Pour tenter de doper ses miles ou tout simplement profiter de ceux gagnés, cette nouvelle rubrique “Bons Plans” sera votre guide.

190_8353

“Smiles” dans les Alpes Japonaises

Page à visiter régulièrement ici pour ne pas passer à côté d’opportunités.

Retour de voyage & analyse

Le fait d’avoir été occupée avec mon déménagement et la reprise de la vie quotidienne m’ont permis de prendre du recul par rapport à cette traversée des États-Unis.

img_9716

Ce fut une superbe expérience dont je tire les enseignements suivants :

Agriculture : chaque état est très spécialisé, les champs de maïs à perte de vue m’ont frappés. Quand on y réfléchit bien, les états ne se font pas de concurrence et peuvent donc écouler plus facilement leurs productions respectives. Cela serait pas mal comme état d’esprit aux Antilles.

Architecture : Dans les grandes villes aux USA, contrairement à Paris par exemple, l’évolution est si rapide que je n’ai pas reconnu Las Vegas.

Aventure : Quoi que l’on fasse, le risque 0 n’existe malheureusement pas. Si on reste à se dire que ceci ou cela est dangereux, on ne fera rien de mémorable tout au long de sa vie. Il faut oser prendre des risques dans la vie, le plus important c’est de savoir la dose de risque qu’on est apte à prendre et de contrôler ce dernier sinon on va au devant d’ennuis. Pour ce premier Road Trip, vraiment tout c’est passé sans encombres, juste une sacoche brûlée.

Business : il n’y a pas de doute les américains sont doués pour le business. Ils transforment tout avec succès en billets verts comme l’impact d’une météorite, du bois fossilisé,… Les Américains sont à fond dans leur travail tel qu’il soit. Le travail est dans la plupart des cas rapide et efficace comme pour Eaglerider, là où la moto a été louée. On vous demande souvent subtilement : avez-vous besoin de monnaie? Étant moi-même dans le milieu de la vente, j’ai beaucoup appris.

Gastronomie : Je pensais découvrir la cuisine américaine mais par extension cela serait la cuisine des Indiens d’Amérique que je n’ai pas eu l’occasion de goûter mais ce n’est que partie remise! On trouve plus de la nourriture des différents peuples qui s’y sont progressivement installés à découvrir dans choc gastronomique.

Géographie : Maintenant, en regardant une carte du pays, elle a plus de sens pour moi, les états et villes traversés me viennent rapidement en tête. Déjà rien que pour cela, je suis vraiment contente d’avoir fait ce voyage. En plus de cela, comparé à mes voyages précédents, j’ai découvert une autre Amérique, un pays où la nature est d’une beauté époustouflante. Je peux dire sans hésitation que l’Amérique que je préfère maintenant est celle des grands espaces, celle sauvage. Il y a encore tellement de merveilles à découvrir. Ce qu’il y a d’intéressant c’est que chaque état a son identité propre et États-Unis d’Amérique prend tout son sens.

img_9271Mécanique : Finalement, le choix d’une Harley Davidson Softail Héritage sur le premier tronçon puis de l’Indian Chief Vintage était idéal. Cette marque qui a en fait créé la première moto, bien avant Harley, reste une moto rare. Pendant tout le trajet je n’en ai pas croisé une seule!

Météo : très différente en fonction des états. J’ai pelé sur les hauteurs de Pennsylvanie ou grillé dans le désert du Nevada.

Miles : entre mes vols, mes achats avec ma carte lors de la préparation du voyage et sur place, la location de la voiture pour aller à Gary pour l’anniversaire de Michael Jackson, mes nuits d’hôtel avec bonus, j’ai pu accumuler pas moins de 60000 miles Flying Blue. Avec cela j’ai un aller/retour en économie dans n’importe quel pays dans le monde hors Asie & Afrique. Pas mal non! Il ne me reste plus qu’à choisir ma prochaine destination! De plus, j’ai maintenant le statut Silver, donc encore plus de miles à l’horizon.

Prospérité : tout le monde n’a pas accès au rêve américain. Beaucoup doivent accumuler plusieurs emplois à la fois. Les inégalités sont vraiment frappantes.

Social : l’Indian servait d’amorce pour les nombreuses conversations que j’ai pu avoir. Comme par exemple celle inoubliable avec Erlene de la tribu Navajo. Mais tout au long de ce voyage, je me suis encore plus ouverte aux autres. Cela m’a permis d’apprendre beaucoup de Amy sur les dérives de notre société.

Technologie : cela m’a aussi permis de mettre le doigt sur le fait qu’en habitant aux Antilles, on passe à côté de beaucoup d’innovations, exemple, une carte de débit comme carte de métro à Chicago, Uber… Le monde ne nous attend pas, d’où l’intérêt de voyager plus souvent pour rester à la page.

img_9623

Et vous, qu’apprenez-vous de vos voyage?

Gain de miles Flying Blue du jour : 0 encore une journée sans

Surfer la vague de la vie

Je ne sais pas pour vous, mais j’ai l’impression que dans ma vie, les choses arrivent par vagues successives. Je m’explique.

img_3989

Ce voyage aux États-Unis était déjà un projet conséquent. Ne voilà-t-il pas qu’une semaine avant le fameux départ se profile à l’horizon un autre projet de taille. Un déménagement!?! En effet, en mode veille immobilière depuis quelques mois, un appartement dans une zone de mon choix, mais surtout dont le loyer rentre dans le budget que je me suis fixé fait son apparition. Voyant la photo de l’annonce, j’arrive à en deviner l’emplacement. Le 15 août, à J-4 du départ pour New-York : visite officieuse par mes propres moyens du quartier et des alentours. 16 août, J-3 : prise de rendez-vous pour la visite officielle; 17 août, J-2 : signature du bail & organisation de la remise des clés pour le 17 septembre 3h après mon retour des États-Unis; 18 août, J-1 : contre la montre pour les démarches EDF, téléphone & internet, eau + organisation du déménagement à mon retour.

Il y a des moments où il ne se passe rien, tout est calme, les choses que l’on attend n’arrive pas où traînent. Mais vraiment, quelques fois, tout arrive en même temps, il faut prendre une décision importante en un clin d’œil pour ne pas rater le bon timing. Le timing, cela aussi est important car cela ne sert à rien de nager à contre-courant, on s’épuise juste, il faut surfer dans le sens de la vague. Mais, en analysant mieux, pour prendre une décision de ce genre rapidement, il y a des pré requis comme maîtriser ses finances personnelles, avoir fait des simulations de budget préalables. Quelques fois, les opportunités sont juste devant notre nez et on ne les voit pas.  Donc, il faut surtout avoir une idée précise de ce que l’on veut pour pouvoir détecter une opportunité quand elle se présente. Une chose est sûre, il ne faut jamais hésiter à saisir une opportunité qui on sait ne se présentera pas 2 fois, ce fut le cas ici, même si cela implique quelques désagréments comme par exemple ne pas pouvoir écrire d’articles pendant plus de 2 semaines (je m’en excuse d’ailleurs). Tout comme le principe du Feng Shui, je pense qu’il y a des vagues d’énergies positives… ou négatives qui circulent tout au long de notre vie et qui emmènent avec elles de gros changements les uns à la suite des autres en alternance avec des périodes plus calme. Avec du recul, j’ai le sentiment que les grosses vagues dans ma vie arrivent tous les 4-6 ans car la dernière était en 2011 et les précédentes en 2007, 2001. Et il ne faut pas avoir peur du changement car ces vagues m’ont carrément emmenées surfer vers l’inconnu dans des pays différents.

Et vous, avez-vous déjà eu cette impression?

Gain de miles Flying Blue du jour : 0 et oui, il y a des jours sans!