Toujours prévoir large et voyager léger!

Aujourd’hui schedule assez sportif mais pas serré : départ de Providenciales à 8h arrivée à Miami à 10h pour départ vers St-Martin à 17h40 pour une arrivée à 20h30. Cela fait 7h de layover mais c’est toujours plus qu’utile, la preuve.

IMG_2031

La journée commence tranquillement en laissant la voiture de location sur le parking de l’aéroport, la clé dedans sans fermer celle-ci, cela me rappelle St-Kitts. Dans l’archipel guadeloupéen, malheureusement on peut faire cela seulement à Marie-Galante de nos jours alors que toute la Guadeloupe était comme cela dans le temps.

IMG_2024

Pour la petite anecdote : 6h35, une femme venue accompagner ses parents a mis sa voiture au parking, manque de pot, elle ne peut pas l’enlever car l’employé chargé de la caisse n’arrive qu’à… 7h s’il n’est pas en retard! Cela c’est bien antillais!

Le vol part à l’heure et me permet de contempler l’art de Mère Nature. Une théorie dit que la région des Bahamas est un ancien désert, je veux bien y croire avec ces eaux peu profondes et ces bancs de sable. Tout simplement magnifique.
IMG_2042

L’annonce dans l’avion qui passe en boucle demande de mettre son bagage dans le compartiment au dessus et de demander à l’équipage si on a besoin d’assistance. Je demande donc de l’assistance pour descendre mon bagage : le steward me répond … qu’il n’est pas habilité à descendre mon bagage. Même après des années de voyages, on apprend tous les jours! Heureusement que depuis ma traversée des États-Unis à moto j’ai l’esprit motard et voyage encore plus léger. Pour un déplacement d’une semaine c’est mon sac à dos 25 litres avec mes effets personnels importants et un bagage à main qui à l’aller comprend le strict nécessaire pour un voyage affaire ou loisir, sans pour autant paraître louche aux douanes. Ainsi, je peux acheter ce que je veux sur place sans avoir à payer d’excédents. Pour 4 jours max c’est mon sac à dos 25 litres uniquement. Les excédents à 50 EUR le kilo (payés en miles évidemment) entre Tokyo et Paris dans les années 2000 sont un lointain et mauvais souvenir.

Arrivée à Miami, le système d’American Airlines ayant fait un seul mot avec mon nom de jeune fille et mon nom d’épouse j’ai besoin d’assistance pour imprimer toutes mes cartes d’embarquement pour ce voyage. Passage par la sortie des membres d’équipage, rien de très glamour soit dit en passant, afin de faire le nécessaire et repasser par la sécurité, etc… Au passage moyennant finances, on peut acheter une option multiplicateur de miles lors de l’enregistrement ce qui est fort pratique. J’aurai aimé cela avec Flying Blue.

Ayant du temps à tuer, je m’arrête devant les écrans des départs, sur 93 vols affichés entre 9h04 et 13h35, 33 vont dans la Caraïbe soit 35% dont 5 à Cuba soit 15% des vols vers la Caraïbe. L’île devient un sérieux concurrent en terme de part de marché des vols. Et les Antilles Françaises dans tout cela? 0 pointé! Il y a encore du travail pour vendre nos destinations!

IMG_2057

La cuisine japonaise hors sushis, sashimis, connaît un véritable boom à l’international, on peut déguster maintenant des ramens, des sobas ou encore udons dans une chaîne appelée Sushi Maki même à l’aéroport de Miami avec un goût se rapprochant fortement de l’original japonais. À découvrir dans ma rubrique choc gastronomique. À quand un boom international de la cuisine créole?

IMG_2065

À l’aéroport de Miami ce qui est bien, c’est qu’on a la connexion wifi pendant 45 min … renouvelable… à volonté et disponible même en étant dans l’avion encore à proximité de la porte d’embarquement.

Ayant téléchargé l’application de American Airlines, environ 40 min avant le vol un petit message apparaît sur mon téléphone : changement de porte, le vol part du D10 au lieu du D42 où je suis actuellement. C’est le rebondissement de la journée sachant que l’aéroport est immense et 32 portes en un labs de temps aussi court c’est le marathon. Il faut rester zen et ne pas foncer tête baisser en toute situation pour ne pas passer à côté de l’essentiel! Mon sauveur : le Skytrain, je suis à la station 3 et doit aller à la 1! En 2 temps 3 mouvements c’est fait! Ouf! Merci la technologie! Comme quoi il faut toujours prévoir assez de temps devant soit et voyager léger! En 27 ans de voyage à l’international, je n’ai pas encore raté un seul vol, pourvu que cela dure!

IMG_2071

Les compagnies aériennes me font rire, tout devient payant, les cacahuètes sont à 6 USD, les sandwichs ou wraps à 9,99 USD, prix psychologique, les bagages en soute 25 USD par tronçon pour ce voyage j’aurai dû payer… 200 USD! Mais les billets restent toujours aussi chers! C’est comme dans le transport de marchandises à l’international : tout est à l’avantage du transporteur!

Sur ce je dis :
IMG_2064Sayonara Miami!

IMG_2074

Quand Providenciales met K.O. la Guadeloupe

Quand je suis en voyage, j’aime à comparer ce qui se passe sur place à ce qui se passe sur mon île natale car je suis persuadée que le monde entier dispose de clés pour le développement de la Guadeloupe. À Providenciales c’est le cas.

IMG_2009

Le niveau de vie est horriblement cher tout comme à St-Barthélemy mais cela permet en quelque sorte de trier la clientèle sur le volet. Un plat d’accras de lambis à 16 USD, bouteilles d’eau de 1,5l à plus de 3 USD ou la boîte normale de sardines à l’huile 4 USD au supermarché, hôtel moyen de gamme où la connexion internet est catastrophique à plus de 200 USD la nuit et j’en passe. À tous ces prix on rajoute 12% de taxes gouvernementales et les tips quand cela est applicable.

Peut-être que je n’y prête pas attention mais en arrivant à l’aéroport en Guadeloupe je n’ai pas encore vu de magazine gratuit format A4, dans notre cas bilingue, avec une impression haut de gamme, permettant de faire découvrir l’île, son histoire, la géographie, les plages, les loisirs, les restaurants, les hôtels, les bijouteries de luxe où le diamant est roi, les événements annuels,… Peut-être tout simplement que cela n’existe pas encore. Où encore un guide bilingue de tous les restaurants de l’île par zone avec présentation rapide des menus, recettes et les points fort des restaurants de telle sorte qu’ils ne se fassent pas concurrence entre eux. Ce qui est dommage c’est que si un se lance dans cette aventure, 10 autres copieront.

image

Turks et Caicos, tout comme les Bahamas, étaient un gros exportateur de lambis. Mais la surpêche, la facilité des captures au moment de la reproduction période à laquelle ils se regroupent à des endroits précis, destruction de leur habitat par les hommes ou les cyclones et j’en passe font que les stocks sont en constante diminution, l’espèce est donc aujourd’hui menacée. Aux Keys, non loin de Miami, l’espèce a disparu dans les années 1970. On ne se rend jamais compte à temps de la fragilité de nos écosystèmes et de l’importance de gérer nos stocks de façon raisonnable et responsable. Mais afin d’essayer d’y remédier il y a une ferme au nord-est de l’île depuis 1984 qui élève des lambis et serait la seule au monde. Même si l’activité est en déclin suite aux dégâts causés par le cyclone Ike en 2008, c’est une activité à forte valeur ajoutée que l’on pourrait développer pour ne plus importer du lambi de je ne sais où et qui pourrait contribuer à booster nos exportations et notre économie. On la matière première qui sont les lambis, leurs œufs et la mer mais aussi la matière grise que sont nos biologistes. Même si le taux de réussite est supérieur en élevage alors que dans la nature seul 1 œuf sur …. 500000 devient un adulte, cela prendra du temps avant d’être une activité qui rapporte. Mais il faudra aussi compter sur le civisme de mes compatriotes pour ne pas les voler à maturité après 3-4 ans de dur labeur. Cela c’est une autre paire de manches. De plus, ils font de l’artisanat comme des cendriers ou des bijoux avec les coquilles. Et cerise sur le gâteau, les lambis peuvent produire des perles roses qui sont les plus rares et chères au monde et les joailliers les plus prestigieux, comme la marque japonais Mikimoto, s’arrachent ces perles de qualité extra avec un motif de flamme prononcé à plus de 25000 EUR pièce à l’achat. Le lambi, 3 activités en 1 en plus d’être le délicieux qu’on aime tant? Ici un extrait de “la perle rose” diffusé sur Thalassa en 2013.

Une autre initiative qui peut faire la différence pour nos enfants dans le futur : adopter un corail pour 50 USD pièce, opération qui peut se faire en ligne. Chaque corail adopté sera identifié par un tag, un certificat et une photo pusing transplanté. Si celui qui adopte est sur place il peut aider à transplanter son protégé. Pour info, l’élevage et la multiplication de corail a été développé par un japonais, Mineo Okamoto, biologiste à l’université pour la science et la technologie marine de Tokyo à partir de 2002.

Encore une autre initiative intéressante en faveur des chiens errants cette fois-ci. Ils sont recueillis, plus de 500 par an et aucun n’est tué, et les touristes peuvent pendant leur séjour : les prendre temporairement avec eux dans leur villa, les emmener se promener à la plage pour les socialiser,… Les plus chanceux pourront être adoptés et s’envoler vers les États-Unis ou le Canada. À St-Martin aussi I love my island dog procure ce service.

Il y a vraiment beaucoup de choses qui peuvent être faites : “to make the world a better place” comme le chanterai Michael Jackson.