Day 17 : parcours semé d’imprévus

Aujourd’hui l’objectif est d’atteindre la ville de Santa Rosa au Nouveau Mexique en faisant un détour par Fort Sumner.

image image

Le premier arrêt fut à Cadillac Ranch, une sculpture constituée de 10 épaves en plein milieu d’un champ. Elle montre l’évolution de la marque entre les années 40 et 60. Cette sculpture existe depuis 1974 mais a changé de localisation depuis sa création. Elle est en perpétuelle évolution car des artistes de tous bords viennent la taguer régulièrement, lui donnant ainsi une nouveau visite au fil des inspirations. Actuellement, une des épaves est ornée de Pikachu, est-ce l’influence du jeu virtuel Pokemon Go?

image

Aujourd’hui encore une séance avait lieu sous mes yeux et ce fut la naissance de ce smiley faisant penser à une inspiration de type Halloween..

image

Moyen d’expression intéressant, il fallait y penser!

Maintenant, direction Fort Sumner, lieu où le célèbre et légendaire hors-la-loi du XIXème siècle Billy The Kid a sa tombe. Pour y parvenir, décision est prise de quitter la route 66 et de prendre une route secondaire la 60 West.

Jusque là tout se déroulait bien, mais, un voyage sans imprévus n’est pas un vrai voyage! Comme dans la vie, même si l’on planifie, les imprévus sont toujours au programme, ils donnent du piment au quotidien. Comme des mini-tests, il faut les accepter, donc savoir composer avec et les surmonter pour continuer à aller de l’avant comme à moto.

Premier sur la liste, l’essence! Sur cette route secondaire où l’on ne croise que des vaches et des chevaux comme seuls êtres vivants, les kilomètres défilent et l’aiguille se rapproche dangereusement du rouge, toujours aucune station. La seule option dans ces cas là : rouler, aller le plus loin possible avec l’essence disponible avant le moment fatidique. Cette fois la panne était presque imminente, j´étais à deux doigts d’appeler l’assistance d’Eagle Rider pour qu’ils ramènent de l’essence! Et oui, forts de leur expérience et un business model solide, ils pensent à tout dans cette entreprise! Pour 10$ par jour, ce risque est couvert, j’ai pensé que cela pourrait être utile surtout lors de la traversée du désert qui s’annonce. Mieux vaut prévenir que guérir comme on dit. Mais coup de chance, station en vue! Sauvée!

En route vers Fort Sumner sur les traces de Billy The Kid!

image

Des plaines arides à perte de vue! Dire que les États-Unis sont grands paraît une évidence mais il faut l’expérimenter pour vraiment en prendre la mesure. Pour la petite comparaison, on pourrait y caser plus de 9 millions de fois mà chère petite Guadeloupe. Rouler des heures & des kilomètres durant avec exactement le même paysage, c’est une réalité saisissante! Pendant le trajet, le fait même de changer de fuseau horaire est hallucinant. Je n’y avais pas pensé, mais c’est la première fois que je change de fuseau horaire…par voie terrestre. Venant d’une petite île, c’est encore plus impressionnant. Dans ces cas là, on se sent vraiment petit, cela permet de garder les pieds sur terre.

Après un petit détour de 62 km, arrivée devant les portes du mémorial et là … fermées! C’est le second imprévu couplé à une triple malchance : 1/ c’est  Labor Day aujourd’hui donc férié, 2/ le mémorial est fermé les lundis et mardis, 3/il est 16:30 et les portes ferment normalement à 16:30. Dans tous les cas de figure, ce n’était pas possible, il y a des jours comme cela où rien ne tourne rond.

Après l’interminable ligne droite au milieu de nulle part, au détour d’un virage, enfin l’hôtel. Le Quality Inn à Santa Rosa, petit ville de 11km2 seulement pour moins de 3000 habitants, dans le comté de Guadalupe. Ce fut le lieu du troisième imprévu sur la liste : dans la chambre, 1/3 ampoules qui fonctionne, le frigo HS, les savonnettes usagées… remballées, le cadavre du cricket près du lit, la serviette à main usagée qui traîne sur le WC, le besoin d’avoir des talent de contorsionniste afin d’attraper papier WC et le meux leur pour la fin:  l’inverseur douche/bain où il faut tirer sur le bec du robinet. Heureusement qu’il y avait la photo explicative car même avec un bac + 5 je n’aurai pas trouvé le fonctionnement de moi même tellement le système est tiré par les cheveux!
image

Mais il y a toujours du positif même quand une journée n’est pas comme on l’espère. Ce fut le dîner au Silver Moon Café aux abords de la route 66 et qui existe depuis 1959 et qui sert des plats mexicains et américains. Un vrai délice à découvrir dans choc gastronomique.

imageLe voyage, c’est aussi des rencontres aléatoires. La rencontre du jour fut un homme d’une soixantaine d’années, de Californie, fan de motos et qui en connaît un rayon sur le sujet. Il a une Harley-Davidson de 1948, ce fut agréable de discuter avec lui. Les motards aux États-Unis, de part leur look : crâne rasé, barbe, tatouages, vêtements noir en cuir ornés de métal, croix ou têtes de mort comme bijoux, ont l’air menaçants doublée d’une attitude mystérieux car au premier abord, ils semblent peu ouverts aux autres. Mais les apparences sont trompeuses. Quand ils rencontrent d’autres motards ils sont tout sourire, les premiers à poser des questions sur la moto, sur le voyage, … Le salut entre motards ayant une moto du type Harley ou Indian, est quasi systématique : geste de la main gauche pointant vers le sol. Ceux ayant une moto sportive saluent moins mais quand ils le font c’est la main gauche pointant vers le ciel! Les motards ici, c’est une grande famille.

En résumé, de très belles expériences le long de ces 364 km parcourus aujourd’hui malgré les quelques déconvenues.

Gain de miles Flying Blue du jour : + 640